. .

 | 
 

 Des pices musicales de la fin de l'agonie

   
:
Admin
avatar

: 1663
: 48
:
: 12/05/2008

: Des pices musicales de la fin de l'agonie    16 2010, 3:11 pm


(1)

Je sais que je pleure
Je sors affect par la rupture
Je broie/ pulvrise les pages des souvenirs
Qu'il est crasant ce chagrin!
Il enfonce dans mon cur ses pines
Et il me meurtrit
Il m'appelle aux grottes de la mort
Est-il meilleur pour moi de craindre la mort
Alors qu'hier j'en ai rv?
Le son de la mlodie tsigane/ bohmienne observe
L'effet du chagrin dans mon coeur
Et il rpand/ met un dsir
Augmentant mon sentiment d'loignement
Qu'il est trange mon isolement!
Et l'errance est un cercle persistant
D'o je ne peux jamais sortir
Des arbres verdoyants deviennent des fantmes
Et, partout, les fantmes me pourchassent
Je sais que je pleure
Et la nuit se serre autour de mon cou
Quand les souvenirs filent devant mes yeux tels qu'un film
Ou bien un spectacle de pantomime
Des villes portant la couronne de la sagesse
Je la regarde tendant ses mains
Nouant la corde de la mort autour de mon cou
Comme il est beau d'tre plong dans le chagrin
Et mes fragments jaillissent
Pour tre des fissures de l'me
Et l'esprit est submerg des vertiges aveugles:
(Casino El Ma'moura
Et d'El Orman
Les rues de Garden City
La pizzeria de Pyramide)
Cette nuit, je me suis dit: mon ciel a chut
Et les plantations de mon me sont devenues arides
Et des criquets ont sculpt dans ma tte les horreurs de la solitude
Qu'il est cruel cet loignement
Quant le miel blanc devient amer
Et les graines de la coloquinte deviennent fantmes
Quand les oiseaux de l'amour deviennent
Des faucons m'arrachant les yeux
Et il habillent/ couvrent mon cur
Combien il est confus ce voyage
Les feuilles des souvenirs
Est-ce que j'crase les feuilles des souvenirs
D'o mon sang jaillit?
Je sais que je pleure
Les pines s'enfoncent dans ma gorge
Dans mon me
Et mon coeur ......



(2)


J'ai dit que sur la paume, il y a des yeux trompeurs
Des signaux rouges
Et la peur
Je crains ce rve
Et alors couvre-moi avec la pnombre
La lumire hurle dans mes paumes
Hala, je crains cette chose l
Et j'aperois des tombeaux noirs au bout de tes doigts/ entre tes mains
Et j'entends une voix submerge du feu
Je suis entre tes mains
Embrassant tes beaux yeux
Et je m'offre tout le pouvoir
pour fuir le spectre de la solitude
Je me cre une patrie
Et un refuge
L o je te vois sera le monde
Un derviche forgeant la lumire pour en tre yeux bands
Elle sculptait dans mes veines
Les pulsations de la posie
Et elle courait dans mon royaume
Je lui avais offert la couronne
Et le sceau royal
Je lui avais chant les paroles d'Ibn El Faredh*
Et du fou
J'avais pass dans ses oreilles des fragments
Du voyage de Mozart
Et du piano de Chopin
Le voyage n'a pas encore commenc
Alors, pourquoi pleurais-je maintenant?


Notes :
* Ibn El Faridh : Il est 'Omar Ibn Ali Ibn Murshid Abou Hafs Sharaf Eddine Ibn El Faridh de Hama en Syrie. On le nommait Sultan EI 'Achikin (le sultan des amoureux) et il est le plus clbre des potes soufis. Il tait n en Egypte en 576 AH / 1181. Il avait suivi l'cole El Shafi'ya depuis son jeune ge. Puis il s'tait consacr au mysticisme et l'asctisme. Il avait pris retraite dans une valle et dans son isolement, il avait compos tous ses pomes. Dans sa posie, il y a une philosophie qu'on appelle unit de l'existence. Il tait mort en Egypte en l'an 632 AH/ 1235.
    
    http://poems.mam9.com
 
Des pices musicales de la fin de l'agonie
    
1 1

:
 ::  -